Journée d’études « Établir, éditer le texte de théâtre, XVIe-XXe siècles », novembre 2023.

Journée d’études « Établir, éditer le texte de théâtre, XVIe-XXe siècles » novembre 2023 organisée par
Christine Sukic (CIRLEP) et Séverine Reyrolle (CRIMEL)
le 10 novembre 2023
Université de Reims Champagne-Ardenne / Bibliothèque Carnégie


Le séminaire D’Autres Scènes consacre une journée d’études à l’établissement et à l’édition du texte de théâtre en Europe du XVIe au XXe siècle. Nous souhaitons comparer des pratiques, selon les périodes et les aires linguistiques, les traditions critiques et les différents enjeux posés par des œuvres théâtrales qui sont – normalement -destinées à la scène en même temps qu’elles s’adressent, dans leur statut de texte imprimé, à des lecteurs et non plus seulement à des spectateurs.

On pourra comparer diverses pratiques : l’édition d’œuvres complètes à visée patrimoniale, ou l’édition d’une œuvre envisagée isolément ; la question de la réédition et du statut du texte au cours de ce processus ; les techniques d’établissement du texte ; les pratiques liées aux cahiers des charges des éditeurs et leurs évolutions séculaires ; les éditions imprimées face aux éditions digitales ; l’édition de texte comme outil pédagogique. On pourra également
s’interroger sur le rapport du texte à la scène et la question de l’établissement du texte selon
l’optique choisie.

Il sera intéressant par exemple de s’interroger sur les pratiques éditoriales liées à la réédition de textes dans des collections telles que la Bibliothèque de la Pléiade. Dans la dernière édition des œuvres complètes de Molière, Georges Forestier situe l’édition qu’il co-dirige avec Claude Bourqui par rapport à celle de Georges Couton qui l’avait précédé : « Tout en reproduisant à son tour, et sauf exception justifiée, le texte des éditions originales, elle se caractérise à la fois par l’approfondissement de l’approche historique, bibliographique et philologique – qui affecte tous les compartiments du travail éditorial : l’établissement, la présentation et l’annotation des textes… » (Molière, Œuvres complètes, I, Introduction, p. CVII). C’est le même principe qui guide l’édition des œuvres de Thomas Corneille en Classiques Garnier : « À part quelques exceptions motivées, ce Théâtre complet prend pour textes de base les éditions originales, accompagnées de variantes tirées d’autres éditions parues du vivant de l’auteur. Ce principe général n’exige plus guère d’explication » (Christopher Gossip, Thomas Corneille, Théâtre complet, tome 1, « Principes de l’édition », p. 25). Il est néanmoins expliqué dans la dernière édition de l’ensemble du Théâtre de Pierre Corneille, dirigée par Liliane Picciola, chez Garnier1: l’édition collective de 1663, reprenant celle de 1660 en grand folio, fait comprendre que Pierre Corneille tenait moins à renouveler le souvenir des premières représentations qu’à léguer une œuvre parfaite, comme texte écrit, à la postérité et qu’en conséquence, optant pour un style plus policé et modernisé, il a retravaillé et corrigé les premières éditions de ses pièces afin qu’elles répondissent davantage au nouveau goût de son public et surtout de son lectorat ; dès lors, le choix de se baser, « contre l’auteur en quelque sorte » , sur l’édition princeps, semblait moins évident ; il correspond en fait à un changement fondamental de l’approche des textes cornéliens qui illustre probablement aussi celle adoptée dorénavant pour d’autres textes dramatiques français de cette période. Parce que le théâtre de Pierre Corneille est aujourd’hui envisagé essentiellement sous l’angle de la représentation, ce qui paraît intéresser le plus, c’est la façon dont il était entendu et mis en scène initialement et les impressions qu’il produisait en salle : les éditeurs semblent désormais choisir de favoriser les versions originales, plus vigoureuses dans leur expression et leur intention de produire des réactions, et par là plus stimulantes pour de nouvelles mises en scène. S’agit-il alors d’une forme de trahison ou bien d’une adaptation supplémentaire (et en miroir des pratiques de l’illustre Pierre) aux nouvelles sensibilités du public et notamment à une nouvelle manière de « lire le théâtre », pour reprendre le titre d’un ouvrage fondamental d’Anne Ubersfeld ? Interroger les évolutions des pratiques éditoriales, comme l’insertion ou non d’une numérotation des vers, l’ajout ou non de didascalies voire de mentions de personnages considérés comme manquants, ou encore le choix de l’étonnante ponctuation d’époque dans la dernière édition de l’œuvre de Rotrou par la STFM2 ainsi que dans celles d’autres dramaturges du moment pourrait sans doute éclairer sur la question.

La comparaison avec les us et coutumes des autres scènes et éditions européennes apporte des nuances de pratiques et des éléments de réponses cruciaux que nous souhaiterions mettre en lumière dès à présent. En effet, rappelons que l’édition des œuvres complètes de Shakespeare, elle, obéit à des enjeux tout différents. En la matière, il n’existe pas, cette fois, de texte « de référence », sous forme imprimée ou manuscrite (Gisèle Venet et Jean-Michel Déprats (éds), Shakespeare, Œuvres complètes, I, « Note sur la présente édition », p. CLX). L’établissement du texte est complexe et fait donc nécessairement l’objet d’une réflexion et d’un choix dont dépendent la nature du texte de théâtre, sur la page et sur la scène.

Côté hispanique, de même, la consultation de la très riche bibliothèque cervantesvirtual soulève un nouveau problème conséquent. On y constate en effet qu’un certain nombre de recueils attribuent à Lope de Vega des pièces qui ne lui appartiennent pas, telle La Verdad Sospechosa d’Alarcon ou El Palacio Confuso de Mira de Amezcua. D’où vient le texte ainsi publié ? Dès lors, quand on réédite ces pièces, souvent trop longtemps tombées dans l’oubli, à la manière de certaines de Corneille, doit-on prendre pour première édition, celle qui porte le nom du grand Lope ou celle, parfois bien plus tardive, qui porte celui de leur véritable auteur ?

Au XVIIIe siècle, le renouvellement des genres théâtraux peut avoir une incidence sur l’établissement et l’édition de textes, notamment lorsqu’apparaissent des genres marginaux dont les conditions de représentation sont spécifiques, comme le théâtre d’éducation ou la parodie théâtrale3. La publication sous forme d’anthologie peut alors être plus pertinente. Dans L’Enfant rêvé. Anthologie des théâtres d’éducation du XVIIIe siècle, les éditeurs scientifiques
montrent bien le foisonnement de ces textes ainsi que leur diversité. Il s’agit de « textes complets […], qu’ils soient manuscrits, édités, réédités, diffusés dans des recueils, des anthologies, des ouvrages périodiques, parfois traduits dans l’Europe entière, imités, réécrits, représentés… »4. Cette hétérogénéité suppose des pratiques éditoriales spécifiques qu’il sera intéressant de définir ou d’interroger. On pourra également se demander si les premiers textes
de loi adoptés sur les droits d’auteur en 1791 ont pu avoir une influence notable sur l’édition du texte de théâtre dont le statut changeait de manière durable, de même que la publication de traductions nouvelles de textes théâtraux au XVIIIe puis au XIXe siècle dans des supports éditoriaux spécifiques (revues littéraires, ou bien anthologies d’auteurs comprenant longues introductions et biographies, etc.), comme dans le cas de Shakespeare et de ses contemporains en France ou en Allemagne. Quel accueil a été réservé à ces supports et qu’est-il resté de ces pratiques éditoriales dans l’histoire des éditions théâtrales ?

Enfin, les pratiques éditoriales concernant les textes de théâtre contemporains divergent aussi puisque depuis le milieu des années 1980, elles constituent un secteur spécialisé dans lequel dominent non plus seulement le critère de l’économie du livre de théâtre (ses conditions de vente et diffusion, son public etc.) mais aussi les trois notions-clés mises à jour par Pierre Banos-Ruf5: répertoire, autonomie vis-à-vis de l’actualité scénique, théâtre comme genre
littéraire.

De tout temps semble-t-il, si la relation avec acteurs ou metteurs en scène mérite d’être envisagée parce qu’elle peut avoir une incidence sur la question de la modernisation de l’orthographe et de la ponctuation des textes, celle des liens avec la figure de l’éditeur de théâtre doit donc, elle aussi, plus que jamais aujourd’hui, être questionnée. Dans quelle mesure les exigences passées et actuelles de l’éditeur ont-elles conditionné et conditionnent-elles encore
la réception et l’impact d’une pièce dans le domaine littéraire et au sein de l’assemblée théâtrale ?

Cette journée d’études pourra ainsi être in fine l’occasion de faire le point sur les conditions et difficultés des projets en cours et leur intérêt pour les études théâtrales. Comme l’indique Guy Ducrey6, le travail de l’ombre d’édition ou de réédition des œuvres théâtrales semble aujourd’hui moins séduire les chercheurs tandis que les maisons spécialisées
contemporaines traversent une crise sans précédent, les invitant à se repenser pour subsister.


1Théâtre. Tome 1, 2, 3 [Texte imprimé] / Pierre Corneille ; sous la direction de Liliane Picciola ; Paris, éditions Classiques Garnier, « Bibliothèque du théâtre français », nos 20 (2014), 48 (2017), 97 (2023). Voir notamment la
page 57 de l’introduction au tome 1.

2Théâtre Complet / Jean de Rotrou, Tomes 1 à 13, sous l’égide de Georges Forestier, Paris, éditions STFM-Société des textes français modernes, Classiques Garnier, de 2000 à 2019.

3 Martine de Rougement (éd.), Paradrames. Parodies du drame. 1775-1777, Lire le dix-huitième siècle, Paris, Classique Garnier, 1998.

4 L’Enfant rêvé. Anthologie des théâtres d’éducation du XVIIIe siècle, éds Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, Nicolas Brucker, Patricia Ehl, Valentina Ponzetoo, Charlotte Simonin, Andréane Audy-Trottier, Florence Boulerie et Jeanne Chiron, Bibliothèque du théâtre français n°90, Paris, Classiques Garnier, 2022, « Introduction générale », p. 7-8.

5 « L’édition théâtrale aujourd’hui : enjeux artistiques, économiques et politiques : l’exemple des éditions Théâtrales », thèse soutenue par Pierre Banos-Ruf et dirigée par Christian Biet, soutenue en 2008 à Paris 10.

6 Cf. 3ème rencontres du cycle Littératures en partage organisé par la SFLGC « Pour une histoire matérielle des œuvres », G. Ducrey et J.-L. Haquette et notamment la communication de G. Ducrey « Rééditer en comparatiste», disponible en ligne: https://youtu.be/oSrNKnE-JFY.



Citer ce billet
carolinendione (2023, 21 juin). Journée d’études « Établir, éditer le texte de théâtre, XVIe-XXe siècles », novembre 2023. D'autres scènes. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://dautrescenes.hypotheses.org/1214

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search