Journée d’études « Le théâtre de la sidération (XVIème-XXIème siècles) », juin 2023. 

Journée d’études organisée par Séverine Reyrolle (CRIMEL) et Christine Sukic (CIRLEP)

23 juin 2023 à Reims

Christian Biet, s’interrogeant sur les spectacles sanglants du théâtre contemporain, rappelait que « la sidération des sensations » avait déjà été posée par le théâtre bien avant le XXIème siècle, ajoutant qu’il fallait s’interroger sur cette « mémoire oubliée »1 du théâtre de la première modernité. Il mettait en avant la différence entre les publics d’alors et ceux d’aujourd’hui, tout en comparantle « théâtre de l’après-catastrophe »2 de la fin du XVIème et du début du XVIIème siècle à celui du XXème et du début du XXIème siècle, théâtre de « l’après Auschwitz » comme chez Heiner Müller3, ou « de l’après-effondrement du sens »4 chez Howard Barker, Edward Bond ou Sarah Kane.

Meurtres, viols, tortures, cannibalisme et autres inhumanités viennent ainsi envahir démesurément les répertoires dramatiques des scènes européennes et saisir littéralement les spectateurs des théâtres français, espagnols et élisabéthains. Soudain, les publics sont invités à quitter leur statut d’observateurs pour plonger et s’immerger dans le sang et « dans la chair de l’action » (Biet). En revenant ainsi, plus que les peintres du moment, sur les massacres et holocaustes, les dramaturges de l’après 1590 proposent finalement une forme de « théâtre de la sidération », sidération face à des situations parfois narrées par des personnages, comme dans le théâtre sénéquéen, mais aussi représentées sur la scène. Anne Teulade parle aussi d’un « théâtre de la sidération »5 lorsque des individus sont confrontés à « des phénomènes inexplicables et inouïs » qui ne sont pas nécessairement de l’ordre d’un théâtre de l’horreur, mais qui provoquent l’égarement et le vertige, puisqu’en effet, la sidération a à voir avec les astres et à la croyance d’une influence des astres sur la vie humaine. En ce sens, elle invite également à envisager le rapport entre sidération et illumination par la foi ou la croyance. Randle Cotgrave, dans son dictionnaire franco-anglais de 1611, met aussi en avant les effets physiques de cette « syderation » qui peut provoquer engourdissement et même putréfaction des membres6. Il y a donc une dimension médicale à ce terme, que l’on pourrait lier à la question de la mélancolie, celle du personnage, de l’acteur ou du spectateur. Antonin Artaud évoquait aussi, dans Le Théâtre et son double, le théâtre comme une thérapie de choc pouvant donner « une idée de la connaissance physique des images et des moyens de provoquer des transes »7.

Gisèle Venet, à propos du théâtre anglais de la première modernité, a aussi parlé d’un « imaginaire du désastre », que l’on voit à l’œuvre dans des figures de style exprimant des tensions irréconciliables, comme dans la « démesure cosmique »8 du « soleil noir de midi » caractérisant la fin de Dommage que ce soit une putain (1633) de John Ford. Que l’on parle d’actes violents ou de situations incompréhensibles, la sidération peut aussi saisir l’acteur dans la performance théâtrale ainsi que le spectateur dans l’expérience de la réception.

S’il va sans dire que ce théâtre peut se définir par une volonté prégnante d’expérimenter les limites de la performance théâtrale, d’explorer le trouble de ses liens avec le récent réel, reste en effet à savoir comment il se traduit textuellementet scéniquement: quel est le rapport entre monstration et discoursde l’événement sidérant ? On peut notamment s’interroger sur l’importance du théâtre sénéquéen dans la représentation d’événements sidérants sous forme de narration et, en ce qui concerne la réception, la sidération dans l’expérience de la représentation théâtrale et dans l’acte de lecture d’une pièce non jouée, et/ou simplement publiée. On peut aussi réfléchir à la question du statut des images dans le contexte des guerres de religion et à la pertinence de la notion d’iconoclasme dans un contexte protestant.

Parmi l’abondance de scènes de violence extrêmes et intensives, quels types de supplices prédominent et selon quelles modalités de représentation et spécificités nationales ? Quels rapports aussi, ces tableaux sanglants entretiennent-ils avec les discours qui les accompagnent et, là encore, des divergences nationales existent-elles ? Et à quelles finalités esthétiques, psychologiques, politico-philosophiques, ce théâtre du faire-retour répond-t-il surtout? Enfin, quelle postérité accorder au théâtre de la sidération ? Jusqu’où s’étend-il et peut-il encore s’appliquer selon les mêmes modalités après l’Holocauste du XXème siècle et dans l’ère ultraviolente contemporaine ? La violence interroge-t-elle encore la violence et quelles mutations les dramaturges présentent-ils dans l’appareil de la sidération ?

 

1Christian Biet, Œdipe contemporain ? Tragédie, tragique, politique (L’entretemps éditions, 2007).

2Christian Biet, « Les théâtres de l’après-catastrophe (XVIe-XVIIesiècle) », Astérion[En ligne], 15|2016, mis en ligne le 23 novembre 2016, consulté le 02 février 2023. URL: http://journals.openedition.org/asterion/2841; DOI: https://doi.org/10.4000/asterion.2841.

3Naugrette, Catherine. « Chapitre 16. Penser le théâtre après Auschwitz: la machine théâtrale selon Müller », , L’esthétique théâtrale. sous la direction de Naugrette Catherine. Armand Colin, 2016, pp. 321-331.

4Élisabeth Angel-Perez, « La scène traumatique de Sarah Kane », Sillages critiques[En ligne], 19|2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 02 février 2023. URL: http://journals.openedition.org/sillagescritiques/4328; DOI: https://doi.org/10.4000/sillagescritiques.4328.

5« Le théâtre de la sidération », dans Théâtre de l’interprétation, Classiques Garnier, 2021.

6Randle Cotgrave, A Dictionarie of the French and English Tongues, Londres, 1611, consulté sur http://www.pbm.com/~lindahl/cotgrave/. *

7Antonin Artaud, Le Théâtre et son double, Paris, Gallimard, 1938, p. 86.

8Gisèle Venet, «L’Angleterre dans l’Europe baroque», in Littératures classiques, n° 36, 1999, p. 153-163.

Captation vidéo



Citer ce billet
carolinendione (2023, 27 mai). Journée d’études « Le théâtre de la sidération (XVIème-XXIème siècles) », juin 2023. . D'autres scènes. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://dautrescenes.hypotheses.org/895

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search